Et si on parlait pâtisserie ?

 

Ça y est c'est l'été !

Et quand la plupart des magazines vous parlent de régimes, moi je préfère parler pâtisserie !

Parce que s’informer sur la nature des aliments que l’on consomme est le B.A BA d’une alimentation sans prise de poids.

Dans mon dernier article, je vous ouvrais mes placards... et bien continuons dans cette découverte sympathique !

Aujourd’hui je vous présente mon tiroir à tendance gourmande !

Quels sucres ? Quelles farines ? Et autres ingrédients pour des desserts sains et savoureux.

 

La notion d'index glycémique

 

Une notion importante à connaitre est l’index glycémique (IG) des aliments. 

L’index glycémique (IG) est un critère de classement des aliments contenant des glucides, c’est-à-dire contenant du sucre. Ceux-ci n’ont pas tous la même vitesse d’absorption dans le sang après ingestion. 

Cette notion est essentielle pour faire une pâtisserie qui rimera davantage avec énergie plutôt que calories !

 

Quelques mots d'explication:

 

Un sucre qui passe rapidement dans le sang provoque une élévation brutale de la glycémie qui aura 2 conséquences :

 

- Une hypoglycémie réactionnelle quelques heures plus tard. C’est le fameux coup de pompe qui va vous inciter à reprendre un aliment sucré.

- Le stockage sous forme de graisse, avec des risques de prise de poids, diabète, résistance à l’insuline etc.

 

La clé est donc de choisir des aliments à IG bas. Pour référence, le glucose pur a un IG de 100. Plus les ingrédients d’un gâteau auront un IG bas, plus il vous donnera d’énergie à long terme tout en modérant le stockage.

 

Mais attention... on n’en profite pas pour en manger deux fois plus !! 

 

On considère un IG bas s'il est inférieur à 50, moyen s'il est compris entre 50 et 70, élevé s'il est supérieur à 70. 

 

Voici les différents composants que j’utilise moi-même régulièrement :

Les sucres

Sucre complet

Je vais faire l’apologie des sucres naturels ! Donc à bas le sucre blanc ! Le raffinage lui a donné sa belle couleur immaculée, mais l’a dépourvu en même temps de tous ses minéraux...

Je préfère de loin le sucre complet de canne ou rapadura. Son petit gout de réglisse enchante les compotes, les yaourts également. De couleur brune, il aura tendance à foncer la préparation. 

Notez que l’on réduira les quantités avec tous les sucres naturels. Leur pouvoir sucrant est augmenté, ce qui permet d’avoir la main plus légère ! Ne pas hésiter à réduire les quantités de 30 à 40% .

Attention toutefois au sucre « roux » qui peut parfois être du sucre blanc de betterave caramélisé. Je vous invite à lire les étiquettes.

 

Le miel est aussi intéressant pour donner du moelleux aux préparations. Et pourquoi ne pas l’utiliser pour sucrer sa tisane ou son thé.

 

En ce qui me concerne, j’adore le sirop d’érable (IG à 54) dans un yaourt au lait de brebis. Avec quelques fraises, voici un dessert facile et délicieux !

 

Les farines

On choisit de préférence une farine complète ou semi complète avec un « T » élevé.

Ce "T", abréviation de "type", correspond en réalité au degré de raffinage de la farine : plus le chiffre qui le suit est petit, plus la farine a été raffinée. Ainsi, une farine T45 ou T55 est une farine très pure, qui ne contient quasiment pas d'écorce de blé, et donc peu de fibres, mais beaucoup de glucides.

 

J’affectionne particulièrement la farine de petit épeautre. C’est un blé ancien, qui contient moins de gluten. Par conséquent il lève moins. Les gâteaux auront tendance à être un peu plus denses. Cela étant, la saveur reste la même.

 

Ce qui n’est pas forcément le cas avec une farine de riz ou de pois chiche. Somme toute, elles conviennent très bien aux personnes sensibles au gluten puisqu’elles n’en contiennent pas. Mais je conseille de les mixer avec une farine de blé semi complète (T110) pour celles et ceux qui ne présentent pas d’intolérance.

 

J’utilise la farine de sarrasin pour les galettes bretonnes ! Parfois appelé blé noir, il n’en contient pourtant pas. Elle est riche en fibres et sa saveur particulière enchantera les repas crêpes salées !

 

Le son d'avoine

avoine

Voilà un ingrédient qui va faire baisser l’IG des plats dans lequel on l’utilise.

Sa richesse en fibre capture une partie des glucides et des lipides du bol alimentaire. Bon pour le transit, il gonfle en présence d’eau ce qui en fait un aliment coupe-faim. Parfait dans les cakes et les muffins !

 

La poudre d'amande

La poudre d’amande peu également remplacer la farine. Elle est riche en acide gras mono-insaturée, riche en vitamine E et en magnésium, et en plus un IG bas. Tout pour plaire, car en plus de ses qualités nutritives, elle apporte du moelleux aux pâtisseries. 

 Voici d’ailleurs une petite recette de cookies aux pépites de chocolat... bien sympathiques pour accompagner le café en fin de repas.

Et la noix de coco ?

Noix de coco

La noix de coco râpée est une belle surprise dans une pâte à crumble.

J’ai testé notamment un crumble « fraises (du jardin !) – rhubarbe » et je me suis régalée !

 

Le sucre de coco bénéficie d’un IG très bas. Également riche en minéraux et oligo-éléments (Magnésium, potassium, zinc, fer...). Il s’adapte particulièrement aux recettes épicées, au chocolat et aux biscuits.

 

Quant à l’huile de coco, elle remplace avantageusement le beurre, avec des acides gras dits « à chaine moyenne » qui ont l’avantage d’être difficiles à stockés par l’organisme. Ils sont donc directement convertis en énergie.

Pour les non amateurs du parfum coco, il existe des huiles désodorisées, qui auront les mêmes vertus.

De plus cette huile est la plus riche en acide laurique, un acide gras présent dans le lait maternel humain. Elle aura donc les mêmes propriétés antifongiques et antibactériennes.

 

Les laits végétaux

On les appelle des laits à tort, car ce sont en réalité des jus de céréales ou d’oléagineux.

Soja, amande, avoine, riz... le choix est vaste ! Ils remplacent le lait de vache dans un flan par exemple, un porridge, des pancakes... Plus digestes et plus légers, leurs petits goût en plus ravissent les papilles.

 

 

En conclusion :

 

 Faites confiance à votre créativité en utilisant ces nouveaux ingrédients !

Commencez par introduire un nouvel ingrédient puis un deuxième etc. Tester et adoptez cette nouvelle approche de la pâtisserie... Et votre corps vous dira merci !

Plus d’énergie, moins de rondeur sur les hanches, pour un métabolisme général amélioré.